Trouble studies, la revue qui révèle le sens

A l’initiative de Marion Dalibert, MCF en SIC à Lille 3, les étudiants de la licence 3 sciences sociales mention « Industries culturelles, arts et société » ont collectivement réalisé cette année le premier numéro de la revue Trouble Studies intitulé « Error 404 : Parité not found ». Le numéro se compose de 29 articles scientifiques qui interrogent les représentations du numérique dans les productions culturelles contemporaines (séries, films, romans, etc.) à l’aune des questions de genre, mais aussi de classe, de sexualité ou encore d’âge.

D’une grande qualité aussi bien formelle qu’intellectuelle, ces analyses nous éclairent sur les stéréotypent circulant dans ces productions. De nombreux articles s’intéressent à la place des femmes et à leurs représentations, ainsi qu’aux figures du geek et du hackeur, avec des études portant sur Big Bang Theory, Millenium, Silicon Valley ou encore Mr Robot et bien d’autres.

Une version numérique de la revue est consultable à l’adresse https://troublestudies.wordpress.com/.

Genre et jeux vidéos

Le numérique, c’est aussi les jeux vidéos ! Dans la région Hauts de France, plusieurs écoles forment aux métiers du secteur, de la programmation au game design. Les plus reconnues sont Rubika (ex-Supinfogame), Pole 3D et E-Art Sup. Le blog des étudiants de 2ème année de l’Ecole Supérieure de Journalisme de Lille les passe en revue dans son blog : http://www.campus-lille.fr/comment-se-former-au-jeu-video-a-lille/

Dans le Pôle de Compétitivité créé par la région autour du numérique et de l’image, la Plaine Image à Tourcoing et la Serre Numérique à Valenciennes favorisent l’implantation d’entreprises de la filière image et industries créatives. Ankama est implanté à Roubaix depuis une dizaine d’année, avec le succès qu’on lui connaît. D’autres entreprises et start-up voient régulièrement le jour.

Mais le jeu vidéo est aussi un secteur qui fait parler de lui depuis quelques années, en raison à la fois de ses contenus sexistes mais aussi du sexisme ambiant dont sont victimes les professionnelles de cette industrie.

Dans le cadre des Rendez-vous d’Archimède de l’Espace Culture de Lille 1 et du cycle « Jouer : entre plaisir et utilité », Fanny Lignon est aujourd’hui invitée à venir parler du genre et du jeu vidéo : http://culture.univ-lille1.fr/agenda/2016-2017/cycle-jouer/article/genre-et-jeux-video.html.

Ressources :

De Ceglie, Audrey. « Le jeu vidéo au prisme du genre », Mondes Sociaux, 2015. https://sms.hypotheses.org/5195

Lignon, Fanny (dir.) Genre et jeux vidéo, Toulouse, Presses universitaires du Midi, coll. « Le temps du genre », 2015, 268 p.

Lignon, Fanny. 2014, « Des jeux vidéo et des adolescents. A quoi jouent les jeunes filles et garçons des collèges et lycées ? », Le Temps des Médias, n°21, janvier, p. 143-160.

Lignon, Fanny. 2013, « Analyse vidéoludique et stéréotypes de sexe », in Morin C., Salle M., dir., A l’école des stéréotypes, Paris : L’Harmattan, 115-139.

Machisme Haute-Fréquence, veille collaborative du sexisme en milieu geek : http://www.mhfreq.org/

Marlard. « Sexisme chez les geeks : Pourquoi notre communauté est malade, et comment y remédier » https://cafaitgenre.org/2012/08/18/joystick-apologie-du-viol-et-culture-du-machisme/

 

4ème édition du Printemps du Numérique

La 4ème édition du Printemps du Numérique se déroule du 6 mars au 7 avril dans la métropole lilloise à l’initiative du réseau Ton Job Numérique qui associe des partenaires des sphères privées, associatives, éducatives, etc. Le site tonjobnumérique.fr répertorie toutes les actions menées pendant cette période. En lien avec le bassin d’emploi de la métropole, l’évènement concerne le secteur du numérique et de l’image.

Les évènements proposés sont très variés, aussi bien par leur nature que par leur thématique et public-cible. On trouve ainsi des conférences, visites d’entreprises, hackatons, job dating, ateliers, portes ouvertes… concernant aussi bien l’utilisation du numérique pour la recherche d’emploi que le codage, l’impression 3D, les métiers et beaucoup d’autres thématiques.

On note cette année avec plaisir l’arrivée de la thématique Femmes et Numérique, avec notamment des animations qui devraient proposées par le Corif.

L’équipe d’Insernum participera à plusieurs évènements du Printemps, avec pour objectif d’observer la place qu’y tiennent les femmes et celle qui leur y est « proposée » au sein des discours et des interactions.

Le plan sectoriel mixité numérique

Dans le cadre du premier plan interministériel en faveur de l’égalité femmes – hommes, un plan sectoriel mixité numérique a été signé le 31 janvier 2017. Ce plan réunit le ministère des droits des femmes, le ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche, le ministère de l’économie, de l’industrie et du numérique et 15 représentant.e.s du numérique parmi lesquel.le.s des syndicats et associations (Cap Digital, CINOV-IT syndicat des PME TPE et indépendants du numérique, Fédération Les Pionnières, Fondation ORANGE, Pasc@line, Quelques femmes du numérique, Simplon.co, Social Builder, le Syndicat National du Jeu Vidéo, le Syndicat des Editeurs de Logiciels de Loisirs, le Syntec Numérique, TECH IN France (ex-AFDEL), l’Union Nationale des Entreprises de Télécommunications, de Réseaux et de Services en Télé- communications, Universcience et WI-Filles).

Le plan embrasse une grande partie des problématiques inhérentes à la mixité dans le secteur numérique en France.

Après avoir rappelé les actions déjà en cours pour favoriser la mixité (qui sont plus précisément des actions menées pour l’orientation et la formation ainsi que la transition numérique des entreprises, dont la mixité constitue l’une des composantes), le plan expose ses objectifs :

  • un travail de lutte contre les stéréotypes, qui passe par une campagne de communication sur les médias numériques (l’idée est avancée de proposer des vidéos en ligne montrant des parcours de femmes dans les métiers du numérique), un objectif de parité dans les documents de communication et situations de communication publique, un « travail » sur les offres d’emploi, intitulés de métiers et de formations, une « lutte » contre les comportements sexistes dans les communautés de joueurs, ou encore un « encouragement » des initiatives associatives de sensibilisation (coding, entrepreunariat…)
  • une sensibilisation des chef.fe.s d’entreprises à l’accueil des femmes en apprentissage ;
  • une sensibilisation des établissements d’enseignement supérieur, des professionnel.le.s et des entreprises afin qu’ils s’engagent dans des actions en faveur de la mixité (parité dans les panels et les instances, communication sans stéréotypes de genre, actions de mentorat…) ;
  • un encouragement des femmes à l’entrepreunariat.

Le plan est prévu pour 5 an et un comité de pilotage se réunira tous les ans.

Si on ne peut que se féliciter de la signature de ce plan, il a hélas été très peu relayé dans les médias non spécialisés. On peut noter qu’il prend modèle sur de nombreuses initiatives existantes (du type Numériqu’Elles d’IBM) et propose quelques actions nouvelles et intéressantes qui sont également au programme des travaux d’Insernum dans les mois à venir (travailler sur les offres d’emploi et intitulés de métiers et de formations). Il reste des zones d’ombre sur le caractère opératoire des actions qui seront menées, notamment autour du sexisme rencontrées par les femmes au sein des formations et des entreprises. Espérons que les années à venir verront ce plan se consolider et s’étoffer.

Nous seront bien sûr présentes pour observer et analyser sa mise en oeuvre !

Consulter le plan : http://www.economie.gouv.fr/files/files/PDF/plan_mixite_numerique_vf.pdf

Un court article dans 50 / 50 Magazine : https://www.50-50magazine.fr/2017/02/09/les-femmes-dans-le-numerique-une-priorite-gouvernementale/

Table ronde Informatique au Féminin « 1001 idées reçues sur les femmes et l’informatique ». 08/02/2017

Les étudiants de M2 informatique organisent le 8 février une table ronde pour l’association Informatique au féminin de Lille 1. La table ronde portera sur « 1001 idées reçues sur les femmes et l’informatique ». Elle sera animée par Maleka Dilmi du Corif et réunira des salarié.e.s d’IBM et de Worldline. http://femmes.fil.univ-lille1.fr/?p=489

Info au Féminin

Journée d’études Genre Médias et Numérique

affiche-avcmailcomp

Le laboratoire Geriico organise en collaboration avec le laboratoire Pleiade et le Corif une journée d’études qui explorera comment se construit le genre dans les médias et les médias numériques. La journée est financée par Pictanovo et la région Hauts de France.

inscription gratuite par mail: zoe.maltet@ext.univ-lille3.fr

La place prépondérante prise aujourd’hui par les médias et le numérique dans les pratiques culturelles, et notamment celles des jeunes, rend incontournable une réflexion sur le rôle qu’ils jouent dans la construction, l’évolution et la circulation des stéréotypes et inégalités de genre.

Les médias numériques peuvent être définis comme des “technologies de genre” (Teresa de Lauretis), dans le sens où ils construisent des représentations de genre auxquelles les publics sont amenés à s’identifier. Ces médias se caractérisent également par le fait qu’ils ont été massivement appropriés et investis par les hommes, qui sont largement majoritaires parmi les “créateurs” du numérique. Ces deux constats sont interdépendants : puisque les hommes “font” le numérique, il semble alors intéressant de s’interroger sur le fait que les représentations qui circulent dans les médias numériques reproduisent des rapports sociaux de genre et de sexe où les hommes ont une place dominante. Comment cette hégémonie masculine influe-t-elle sur la production des outils et contenus numériques, quelles constructions des masculinités et des féminités les médias numériques produisent-ils et quels effets cela peut-il avoir sur celles et ceux qui les reçoivent et utilisent ? Nous nous interrogerons également sur les impacts sociaux et économiques des stéréotypes de genre et sur la manière dont ils peuvent être déconstruits pour aller vers une société plus égalitaire.

La journée d’étude Genre, médias et numérique propose ainsi d’interroger la question des médias et du numérique au prisme du genre. Elle permettra d’échanger autour des dernières avancées de la recherche et des innovations sociales et technologiques. Des chercheur.e.s impliqué.e.s sur ces problématiques et des professionnel.le.s engagé.e.s sur des actions en faveur de l’égalité viendront débattre autour de cette question.

PROGRAMME

9h : accueil

9h30 : ouverture

Ilse Depraetere, Vice-Présidente Recherche, Univ. Lille 3

Caroline Plesnage, directrice régionale déléguée aux droits des femmes et à l’égalité.

Sabine de Bosscher, chargée de mission égalité des hommes et des femmes, Lille 3.

Laure Bolka, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, pour l’équipe d’organisation.

10h-12h : Les représentations genrées dans les médias

  • Virginie Julliard, Université de technologie de Compiègne : “La production du genre dans les dispositifs d’écriture numérique. Le cas des sites de rencontres basés sur les affinités culturelles”
  • Sarah Lécossais, Université Paris 13 : “Les mères ne sont pas des parents comme les autres. La parentalité en regard du genre dans les séries télévisées françaises”
  • Marion Coville, Université Paris 1 : « Représenter les usagères lors de la conception des objets numériques »

12h-12h30 : Présentation du projet Equal (application web, Carl Cordonnier)

12h30-14h : pause déjeuner

14h-15h30 : Construction des masculinités et des féminités via le numérique

  • Fred Pailler, Université de Nantes : “Usages des catégories sexuelles sur le web de la rencontre et des pornographies”
  • Florian Vörös, Université Paris 8 et Université Lille 3 : “Une pratique numérique illégitime ? L’attachement à la pornographie en ligne au prisme du genre, de la culture sexuelle et de la classe sociale”

15h30-15h45 : pause

15h45-17h30 : table ronde La mixité et l’égalité en question

  • Léa Domenach, réalisatrice
  • Delphine Denimal, DRH IBM Client Innovation Center
  • Camille Bosqué, docteure en arts et réalisatrice
  • Alice Coffin, journaliste et militante

je-genre-medias-et-numerique-programme

Numériqu’Elles 2nde édition le 10 novembre 2016

La journée Numériqu’Elles prend de l’ampleur avec son édition 2016. Cette journée de sensibilisation des filles du Nord et du Pas de Calais aux métiers du numériques, initiée par IBM Client Innovation Center et le CORIF en 2015 accueillera cette année dans l’atrium d’Euratechnologies des collégiennes et lycéennes. De nouveaux acteurs ont rejoint le projet. 400 participantes sont attendues. Elles pourront cette année se renseigner sur les formations et les métiers, discuter avec des professionnelles et réfléchir aux stéréotypes qui bloquent l’insertion des femmes dans ce secteur.
Dans le cadre de l’axe 3, l’équipe d’Insernum effectuera une ethnographie de terrain qui sera complétée par des questionnaires et entretiens collectifs. Elle participera également à l’évaluation de la journée.

affiche-collegiennes-numeriquelles                          affiche-lyceennes-numeriquelles

Le 11 octobre : Journée internationale ADA.

Si en France Ada Lovelace, adaday2016stemettesmathématicienne considérée comme la première programmeuse de l’histoire, est relativement méconnue, dans les pays anglo-saxons, elle se pose de plus en plus en modèle de la femme scientifique. Le jour qui lui est consacré vise à célébrer les femmes scientifiques et à encourager les jeunes filles à embrasser une carrière scientifique. Le site findingada.com recense tous les évènements de la journée sur une carte interactive. Le site de la BBC consacre un article à ce sujet, en donnant la parole à huit femmes faisant carrière dans le secteur des STEM. The Conversation a également publié un article présentant Ada Lovelace et pointant l’importance de proposer aux jeunes filles des modèles leur permettant de se projeter professionnellement vers un secteur où elles sont trop peu nombreuses. Cela passe également par une plus grande visibilité des femmes scientifiques dans les sphères scolaire et médiatique. Les lignes commencent à bouger, avec des initiatives comme l’exposition des Découvreuses anonymes, présentée en 2015 par WAX Science et Animafac (un guide d’action pour l’animation est proposé ici).

« Why can’t girls code? » Une campagne de Girls who code

L’association Girls who code, qui travaille depuis 2012 à la diminution du « gender gap » dans le numérique en formant les femmes au code, vient de mettre en ligne trois brèves vidéos humoristiques sur le thème « Why can’t girls code? »

Ces vidéos reprennent les préjugés sexistes pour mieux les ridiculiser. Deux semaines après leur publication, elles comptent des dizaines de milliers de vues. Leurs précédentes vidéos, basées sur un discours éducatif face caméra, n’en comptaient que quelques dizaines. L’humour, une solution pour sensibiliser les publics?

 

19 novembre 2015: Rencontre avec Ingrid Eekhout, fondatrice de la société TEHMS.

photo ingrid eekhout

Jeudi 19 novembre de 9h à 11h15, l’association Initiatives Plurielles, qui promeut l’entrepreunariat féminin dans la région Nord Pas de Calais, organise une visite de la société Tehms et une rencontre avec sa fondatrice, Ingrid Eekhout. Tehms est un éditeur de logiciels pour la gestion des ressources humaines.

http://iplurielles.canalblog.com/

L’équipe InserNum sera présente afin d’observer le déroulement de cet événement.

Journée d’études NoREVES, 18 novembre 2015, université Lille3

Sans titre

Organisé par le CORIF et le laboratoire Droits et perspectives du droit (EA 4487, Lille 2), la journée d’études « Éduquer à l’égalité entre les sexes de la petite enfance à l’adolescence : qu’ont à y gagner filles et garçons, femmes et hommes? » réunira chercheurs et praticiens le 18 novembre à l’université Lille 3.

https://www.univ-lille3.fr/recherche/actualites/agenda-de-la-recherche/?id=1203

Numériqu’ELLEs: premier terrain exploratoire à Euratechnologies.

20151110_145039_resized 20151110_145048_resized_1

Le 10 novembre 2015, l’événement Numériqu’ELLES a constitué le premier terrain exploratoire du projet. A l’initiative d’IBM Services Center, une demi-journée de sensibilisation des lycéennes aux métiers du numérique a été organisée en partenariat avec le CORIF, la délégation régionale à l’égalité femmes-hommes Nord-Pas de Calais et l’Académie de Lille. L’événement visait à informer sur les métiers, présenter des témoignages et déconstruire les stéréotypes. 70 lycéennes de seconde, première et terminale, issues de différents établissements de la région ont été accueillies.

Affiche Numériqu-ELLEs

INSER-NUM

Ce carnet est le journal de bord du projet de recherche #INSER-NUM: Insérer des femmes dans les métiers du numérique, des solutions à construire. Le projet est porté par le laboratoire Geriico (Groupe d’Etudes et de Recherche Interdisciplaire en Information et COmmunication – EA 4073) et l’association Corif (COnseil Recherche Egalité Formation pour l’égalité femmes-hommes). Le projet est financé par le programme Chercheurs Citoyens de la région Nord Pas-de-Calais pour une durée de 3 ans à compter de novembre 2015.

Un nombre restreint de femmes s’oriente vers le secteur professionnel des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC). Il s’agit pourtant d’un secteur qui recrute, ouvre des perspectives de création d’entreprises et constitue un axe de développement économique important pour la région. Le projet vise à analyser le poids des représentations sociales dans la perception des métiers des TIC, la structuration économique de la filière et les choix d’orientation, de formation et de carrière des femmes dans le Nord-Pas de Calais. A cet effet, les partenaires du projet travailleront à l’analyse de médias et supports de communication, effectueront des entretiens auprès des acteurs économiques et éducatifs du secteur et oeuvreront à la co-conception de dispositifs de sensibilisation en direction de plusieurs publics: lycéennes, étudiantes, professionnels et acteurs éducatifs (conseillers d’orientation, enseignants, conseillers pédagogiques notamment) et économiques. Les résultats devraient permettre de mettre en oeuvre des dispositifs de sensibilisation à l’égalité femmes-hommes dans le secteur des TIC qui pourront être déployés à plus grande échelle. Les retombées du projet sont de nature sociétale et économique.

Axes de travail:

Axe 1: Analyse des représentations genrées des TIC dans les médias et supports de communication

L’analyse d’un corpus de médias se centrera sur les représentations auxquelles les femmes sont confrontées au cours de leur démarche de prise d’information sur les formations et filières professionnelles des TIC mais également au quotidien, dans les sphères des loisirs et de la consommation. Nous croiserons donc des analyses des représentations sociales véhiculées par les médias de masse qui imprègnent l’imaginaire collectif depuis l’enfance et des analyses de médias spécialisés consultés par les publics dans des phases de prise de décision concernant la formation et l’embauche.

Une approche comparative s’intéressera aux études anglophones afin de mettre en perspective l’analyse des représentations par rapport aux médias et publications anglophones.

Axe 2: Étude sur la place des femmes dans les formations et métiers des TIC en région

Cette étude sera effectuée auprès des acteurs économiques (Plaine Images, Euratechnologies, parc scientifique de la Haute Borne, Serre Numérique à Valenciennes) et des acteurs de la formation de la région (enseignants des universités et écoles, conseillers d’orientation, conseillers pédagogiques, SUAIO) afin de mesurer la place des femmes dans les formations et entreprises du secteur des TIC, de comprendre la construction, l’origine et l’importance de l’ancrage de leurs représentations et de mettre ces éléments à profit dans le montage des dispositifs. Les professionnelles des TIC rencontrées pourront par exemple être présentées comme modèles identificatoires dans des vidéos de sensibilisation ou être sollicitées pour témoigner oralement.

Axe 3: Évaluation et co-construction de dispositifs expérimentaux

Les analyses menées dans les axes 1 et 2 permettront de dresser un état des lieux sur la nature des stéréotypes de genre circulant dans les sphères privée, éducative et professionnelle à propos des métiers des TIC et sur leur impact dans les choix d’orientation et de formation. Ces analyses compléteront les connaissances issues d’études antérieures et serviront de support à la mise en oeuvre de dispositifs expérimentaux visant à déconstruire des stéréotypes fortement ancrés socialement et professionnellement afin de contribuer à faire évoluer les représentations et aussi à sensibiliser les acteurs éducatifs et économiques à la question de l’insertion des femmes dans la filière des TIC.